A partir de quel âge a-t-on le droit d’utiliser un drone ?

L’utilisation d’un drone est soumise à de nombreuses règlementations, lesquelles évoluent régulièrement. D’ailleurs, en ce qui concerne les drones civils, c’est-à-dire les quadricoptères à hélices par exemple, la loi est sans équivoque. Il existe une liste de règles qu’il faut absolument respecter si vous souhaitez utiliser un drone. Découvrez lesquelles !

L’âge pour utiliser un drone

L’âge requis pour utiliser un drone est différent d’un constructeur à un autre. Toutefois, il est souvent aux alentours de 14-15 ans. Cet âge est surtout recommandé pour les drones de types DJI Phantom II ou d’AR-Done de Parrot. Quoi qu’il en soit, il sera toujours conseillé qu’un mineur soit accompagné d’un adulte pour utiliser un drone.

S’ajoute à cette condition liée à l’âge, l’autorisation de vol. En effet, bien que cela dépende du type d’usage du drone, il existe certains domaines dans lesquels il faut impérativement une autorisation de vol. Cela peut également dépendre du type de drone et de ses nombreux paramètres. Le mieux serait de récolter la liste de toutes les étapes à faire sur internet.

A partir de quel âge a-t-on le droit d'utiliser un drone ?

Une nouvelle règlementation pour 2018

Dernièrement, la loi stipule que tous les drones disposant d’un poids dépassant les 800 grammes devront être déclarés. En effet, ils devront être équipés de signaux sonores et lumineux afin d’être plus facilement repérables dans le ciel. Comme ils sont lourds, le risque d’accident n’est pas à exclure.

Outre cette nouvelle règlementation, les autres règles restent en vigueur. Il s’agit des 10 règles de l’utilisation d’un drone qui sont : ne pas survoler des personnes, respecter la hauteur de vol de 150 m, ne jamais voler de nuit et de toujours rester à vue, ne jamais piloter à proximité d’aéroport ou d’aérodrome. Il y a aussi les règles de ne jamais survoler les sites sensibles ou protégés comme les bases militaires, les centrales nucléaires…, de respecter la vie des gens, de ne jamais diffuser des vidéos sans l’accord des personnes concernées. Et enfin, il y a l’obligation de s’informer des assurances en cas de dommage, et de s’informer auprès du Ministère de l’écologie et du développement durable.